Une addiction parmi d'autres

Parmi les personnalités qui se compensent par une addiction, les boulimiques sont les rares à être spontanément demandeuses d'une aide thérapeutique.

Bien que trouvant ses racines dans le tout premier âge de la vie, la boulimie ne se manifeste souvent qu'à l'adolescence, à la suite d'un premier "régime" amincissant. Mais elle peut aussi survenir à n'importe quel âge, à l'occasion d'un événement déclenchant: rupture amoureuse, divorce, perte d'un être cher… à un moment où la personne ne se sent pas capable de se retrouver face à elle-même.

Ce sont des caractéristiques mentales qui définissent réellement qu'une personne est boulimique.

Que l'on se fasse vomir ou pas (le professeur Guelfi, dans une conférence, a parlé d'hyperphagie boulimique), que l'on ait dix crises par jour ou une par semaine, que l'on grignote toute la journée ou que l'on se retienne de grignoter, que l'on soit maigre, bien proportionné ou obèse, la boulimie est avant tout une obsession qui emprisonne totalement la personne. On peut aussi bien faire une crise de boulimie avec trois pommes et quatre yaourts qu'avec une montagne d'aliments à en avoir le ventre qui éclate. Ce ne sont pas les quantités qui définissent une crise de boulimie, c'est la manière de manger : en cachette, en urgence, coûte que coûte, avec honte et contre sa volonté... ou simplement en grignotant avec culpabilité.

Mais surtout, au-delà des aspects comportementaux, ce sont des caractéristiques mentales qui définissent réellement qu'une personne est boulimique : on ne se sent pas dans son corps, on a une hypersensibilité émotionnelle, on a l'impression de vivre en décalage avec le monde et on a peur des autres. On n'a pas confiance en soi en profondeur.

D'un point de vue comportemental social, cela peut très bien ne pas se voir. D'un point de vue existentiel, les vécus peuvent être différents. Certaines personnes (grâce aux boulimies qui leur permettent de canaliser l'angoisse) ne souffrent pas énormément et pensent qu'elles seraient  épanouies et heureuses s'il n'y avait pas l'obsession de la nourriture. D'autres souffrent énormément, à la fois mentalement, physiquement et socialement.

Les personnes qui ont une addiction alimentaire peuvent ne pas douter de leurs capacités intellectuelles et artistiques, mais restent persuadées qu'elles ne peuvent pas être aimées pour elles-mêmes. Elles se sentent perdues. Quand elles n'ont pas de passion qui les mobilise, elles ne vont pas au bout de leurs envies en dehors de celle de manger et ont peu de motivation.

Mais les psychanalystes et les spécialistes de l'addiction ont compris que même si l'on peut parfois en mourir, malgré les apparences, l'addiction n'est pas une auto-destruction: c'est un moyen de rester debout quand on n'a pas toutes les ressources identitaires pour vivre. 

addiction

A propos des addictions

Aujourd'hui l'addiction ne se résume pas à la consommation de drogues ou de substances. Elle peut porter sur le sexe, la passion amoureuse, le travail, le jeu, l'ordinateur, la nourriture… Autant de mamans symboliques pour échapper à une angoisse archaïque semblable à celle du nourrisson qui peut se sentir en danger de mort lorsqu'il voit sa mère s'éloigner de lui.

Faillite de l'environnement dans le premier âge de la vie? Problème physiologique rendant le bébé intolérant à la frustration et l'empêchant de construire, dans sa vie affective la confiance en l'autre et en lui-même? Autre facteur(s)?.

Quelles que soient la ou les causes, l'addiction n'est pas une régression mais plutôt un "outil" pour ne pas sombrer dans le chaos. La personne addictive est quelqu'un qui, avec son corps d'adulte, continue de vivre les émotions de sa première enfance sans être capable de les gérer. Cela n'apparaît généralement pas du tout dans le comportement social car elle sait parfois très bien jouer à "tout va bien". Mais, quand l'affectif est en jeu, elle est submergée celles-ci et doit avoir recours à l'addiction pour reprendre pied.

Bien qu'elle puisse engendrer des problèmes physiques importants (que l'on peut contrôler avec un bon accompagnement médical) elle est pour le mental un réflexe de survie.

La boulimie est un trouble profond de l'identité, qui tend à résister à l'approche psychanalytique classique.

Elle sert à apaiser une angoisse très profonde : on mange parce qu'on se sent vide, incomplet, inexistant, et cela même quand on a réussi socialement.

La boulimie est un trouble profond de l'identité, qui tend à résister à l'approche psychanalytique classique, mais qui peut se résoudre au travers d'une thérapie de groupe intensive centrée sur le présent. C'est dans l'interaction des contacts avec l'autre que l'on trouve enfin des réponses à des questions simples mais essentielles : qui je suis ? Où je veux aller ? Comment vais-je m'y prendre pour y aller?


Comment, concrètement, en pratique.

Ce n’est pas une écoute inconditionnelle où vous pourrez vous répéter à l’infini. Dans le groupe de thérapie dont le cadre est basé sur l’authenticité (qui n’empêche pas la bienveillance) on est tout de suite confronté non plus à ce qu’on pense mais à ce que l’on ressent.

Comment ?


Comment la boulimie disparaît

pratique   

Concrètement


Comment ça se passe

En pratique


Les différentes formules thérapeutiques


Contact & renseignements

Lundi au samedi 8:00 à 20 heures
Pour me contacter directement: Contacter Mme Catherine Hervais via cette page
Secrétariat, tel: 01 70 58 38 37
173, rue Saint Martin 75003 PARIS - France - ( Plan d'accès )